ETAPE 3. Abu Dhabi / Sanya. DONGFENG EN TÊTE !

ETAPE 3. Abu Dhabi / Sanya. DONGFENG EN TÊTE !

f6f4f048-d6d2-4f22-a76b-eb3bbfb45336

Brume épaisse, un petit 14°C, très peu de vent… Le départ de la 3ème étape de la Volvo Ocean Race (Abu Dhabi/Sanya), samedi 3 décembre, s’est déroulé dans des conditions un peu particulières. Bien que s’étant élancé prudemment, Dongfeng a su tirer son épingle du jeu en virant 2e dans le sillage d’Abu Dhabi Ocean Racing au sortir du parcours côtier et il caracole désormais en tête depuis le passage du détroit d’Ormuz.

 

Il n’aura fallu qu’une petite heure aux premiers pour effectuer un grand triangle devant le port d’Abu Dhabi et s’élancer le long des côtes émiraties. Eric Peron : « … Petit temps de demoiselle sur le départ ! Un peu brumeux, l’ambiance était particulière. Tout s’est bien déroulé pour nous. Un léger problème de mécanique durant la procédure de départ m’a empêché de véritablement l’apprécier. Mais quelques minutes plus tard, quand j’ai relevé la tête après avoir résolu le problème technique, ce fut la surprise de constater que l’on était plutôt bien positionnés (2e). Puis la nuit est vite tombée et il a fallu rapidement prendre le rythme : les rotations de quarts, mon nouveau compagnon de bordée… On arapidement été replongé dans le bain et n’avons guère eu le temps de nous acclimater. Le bateau doit aller vite, la concurrence est à vue. Miraculeusement, un improbable clair de lune nous facilite la tâche : il fait presque jour. Malgré cette aide providentielle,  on se prend quelques filets de pêche ou lignes déposées en travers de notre route. Heureusement sans conséquences pour la vitesse du bateau… ».La flotte des engagés se tient en quelques milles et est toujours au contact pour les premiers. Une fois encore, le détroit d’Ormuz dans la matinée de dimanche a souri aux Dongfeng Boys (c’est là qu’ils avaient repris la tête lors de la fin de la 2e étape). Eric Peron : « … Un petit passage sympa entre les cailloux, à négocier avec les courants où les dévents de la terre : de la régate côtière comme on l’aime !… ».
© A. Sanchez / Volvo Ocean Race

© A. Sanchez / Volvo Ocean Race

Mais le détroit d’Ormuz reste capricieux, avec ses vents erratiques. La flotte se traine toute cette journée sabbatique. Eric Peron : « … on affiche des vitesses records de lenteur, je crois qu’on n’a pas dépassé les 2 nœuds depuis 2 heures. A cette vitesse, nous serons à Sanya en octobre… J’espère juste qu’on pourra être là à temps pour la Transat Jacques Vabre ! (course en double au départ du Havre qu’Eric a inscrite à son programme d’entraînement pour le Vendée Globe) … ».

 

Et Ormuz n’est qu’un avant goût de ce qui les attend sur la route des Indes, du Sri Lanka : vents faibles, zones de cyclones, mousson forte de Nord-Est ; sans parler du détroit de Malacca, bras de mer le plus fréquenté au monde. Le chemin  s’annonce donc chaotique pour rejoindre les côtes chinoises. Charles Caudrelier, skipper de Dongfeng : « … On a tous peur de cette étape… ».

 

Anachronisme. Ou pas !

 

Les marins aiment la mer, c’est une évidence. Alors, la terre est parfois oppressante. Juste avant de quitter l’Emirat, Eric se confiait à Anouk Corge de l’Equipe* : « … Le plus dur finalement c’est quand on est à terre. Entre les briefings, les débriefings, le montage et démontage des voiles et autres, ça n’arrête pas. Sur les deux semaines d’escales, on est vraiment off que quelques jours. Et à terre, c’est oppressant toute cette logistique. Sur l’eau on sait quand on dort. Quand on se lève, on est peinards ! … ».
Peinards peut-être pas tout à fait car la manœuvre sur ces voiliers est très exigeante, voire éreintante. Mais la motivation est là. À égalité de points avec Abu Dhabi Ocean Racing et Team Brunel, Dongfeng est co-leader de la Volvo Ocean Race au départ de cette étape qui les ramène « à la maison ». Facile d’imaginer leur détermination. La réponse dans 4670 milles (8650 km).*
Article entier du journal l’Equipe ici

Repères

Etape 3 – Volvo Ocean Race 2014/2015 : Abu Dhabi-Sanya
Distance : 4670 milles (8650 km)
Départ : samedi 3 janvier 2015 à 11h00 France (10.00 UTC)
Temps de course : entre 22 et 26 jours
ETA (Estimated Time of Arrivals) à Sanya : entre le 24 et le 28 janvier

Brume épaisse, un petit 14°C, très peu de vent… Le départ de la 3ème étape de la Volvo Ocean Race (Abu Dhabi/Sanya), samedi 3 décembre, s’est déroulé dans des conditions un peu particulières. Bien que s’étant élancé prudemment, Dongfeng a su tirer son épingle du jeu en virant 2e dans le sillage d’Abu Dhabi Ocean Racing au sortir du parcours côtier et il caracole désormais en tête depuis le passage du détroit d’Ormuz.


Il n’aura fallu qu’une petite heure aux premiers pour effectuer un grand triangle devant le port d’Abu Dhabi et s’élancer le long des côtes émiraties. Eric Peron : « … Petit temps de demoiselle sur le départ ! Un peu brumeux, l’ambiance était particulière. Tout s’est bien déroulé pour nous. Un léger problème de mécanique durant la procédure de départ m’a empêché de véritablement l’apprécier. Mais quelques minutes plus tard, quand j’ai relevé la tête après avoir résolu le problème technique, ce fut la surprise de constater que l’on était plutôt bien positionnés (2e). Puis la nuit est vite tombée et il a fallu rapidement prendre le rythme : les rotations de quarts, mon nouveau compagnon de bordée… On arapidement été replongé dans le bain et n’avons guère eu le temps de nous acclimater. Le bateau doit aller vite, la concurrence est à vue. Miraculeusement, un improbable clair de lune nous facilite la tâche : il fait presque jour. Malgré cette aide providentielle,  on se prend quelques filets de pêche ou lignes déposées en travers de notre route. Heureusement sans conséquences pour la vitesse du bateau… ».La flotte des engagés se tient en quelques milles et est toujours au contact pour les premiers. Une fois encore, le détroit d’Ormuz dans la matinée de dimanche a souri aux Dongfeng Boys (c’est là qu’ils avaient repris la tête lors de la fin de la 2e étape). Eric Peron : « … Un petit passage sympa entre les cailloux, à négocier avec les courants où les dévents de la terre : de la régate côtière comme on l’aime !… ».



© A. Sanchez / Volvo Ocean Race

© A. Sanchez / Volvo Ocean Race

Mais le détroit d’Ormuz reste capricieux, avec ses vents erratiques. La flotte se traine toute cette journée sabbatique. Eric Peron : « … on affiche des vitesses records de lenteur, je crois qu’on n’a pas dépassé les 2 nœuds depuis 2 heures. A cette vitesse, nous serons à Sanya en octobre… J’espère juste qu’on pourra être là à temps pour la Transat Jacques Vabre ! (course en double au départ du Havre qu’Eric a inscrite à son programme d’entraînement pour le Vendée Globe) … ».


Et Ormuz n’est qu’un avant goût de ce qui les attend sur la route des Indes, du Sri Lanka : vents faibles, zones de cyclones, mousson forte de Nord-Est ; sans parler du détroit de Malacca, bras de mer le plus fréquenté au monde. Le chemin  s’annonce donc chaotique pour rejoindre les côtes chinoises. Charles Caudrelier, skipper de Dongfeng : « … On a tous peur de cette étape… ».


Anachronisme. Ou pas !


Les marins aiment la mer, c’est une évidence. Alors, la terre est parfois oppressante. Juste avant de quitter l’Emirat, Eric se confiait à Anouk Corge de l’Equipe* : « … Le plus dur finalement c’est quand on est à terre. Entre les briefings, les débriefings, le montage et démontage des voiles et autres, ça n’arrête pas. Sur les deux semaines d’escales, on est vraiment off que quelques jours. Et à terre, c’est oppressant toute cette logistique. Sur l’eau on sait quand on dort. Quand on se lève, on est peinards ! … ».
Peinards peut-être pas tout à fait car la manœuvre sur ces voiliers est très exigeante, voire éreintante. Mais la motivation est là. À égalité de points avec Abu Dhabi Ocean Racing et Team Brunel, Dongfeng est co-leader de la Volvo Ocean Race au départ de cette étape qui les ramène « à la maison ». Facile d’imaginer leur détermination. La réponse dans 4670 milles (8650 km).*
Article entier du journal l’Equipe ici



Repères

Etape 3 – Volvo Ocean Race 2014/2015 : Abu Dhabi-Sanya
Distance : 4670 milles (8650 km)
Départ : samedi 3 janvier 2015 à 11h00 France (10.00 UTC)
Temps de course : entre 22 et 26 jours
ETA (Estimated Time of Arrivals) à Sanya : entre le 24 et le 28 janvier